dimanche 20 avril 2014

Féministes pour une Europe Solidaire

Ca y est, c'est parti. Les féministes se lancent dans les élections européennes. Des féministes vont se positionner contre l'austérité qui nuit à l'égalité femmes / hommes et essayer de faire entrer ces débats plus directement sur la scène politique. Nous franchissons, en tous cas en France, une étape décisive : nous portons avec fierté le nom de "féministes".

Le féminisme, c'est de la clownerie, il paraît...

Nous ne nous cachons plus derrière d'autres mouvements, ou des positionnements de débat, il y a maintenant une liste dont le nom comporte "féministe".

Maiiiiiiiiiiiiiiis... Comme prévu, ça ne plaît pas à tout le monde (remarquez, je suis allée chercher sur un site déjà orienté...). Qui s'en étonnerait ?




Le vocabulaire utilisé manque franchement d'originalité :
  • communautarisme exacerbé
  • islamisation sexiste galopante
  • clownerie
Comme d'habitude, on apprendra donc que nous sommes des guignolles (à défaut d'avoir un cerveau, ça peut peut être servir ?), que nous tapons dans le communautarisme parce que nous mangeons les individus de sexe masculin et aussi que nous devrions combattre le sexisme venu du grand méchant Islam...

Scusez moi, faut que je m'arrête quelques instants pour reprendre mon souffle : trop de clichés en même temps, je risque l'urticaire et la syncope...

Il y a un moment où je n'appelle plus ça de la méconnaissance mais de l'obscurantisme, il y a un moment où on ne peut plus mettre ce genre de propos uniquement sur le compte des lacunes en matière de savoirs, mais en partie sur celui de la bêtise et peut être même du besoin de se complaire dedans.

J'ai l'impression d'entendre la même chose que dans n'importe quel débat qui s'attache à dénoncer le patriarcat. Ca n'a ni queue ni tête, et du même coup, ça n'a ni début, ni fin, ni logique.

Prenons un exemple : "Les femmes sont violées parce qu'elles sont belles et provocantes. Elles ne seraient pas violées si elles se tenaient un peu tranquille, si elles se couvraient, si elles montraient un peu moins leur corps...".
Mouai. C'est pour ça que ce sont en majorité des femmes vulnérables sur le plan physique et / ou psychique qui sont violées... Quelques recherches nous apprennent par exemple que 68% des femmes handicapées connaissent une ou plusieurs agressions sexuelles au cours de leur vie. C'est parce qu'elles se tenaient pas tranquilles. Bah voyons.
Il est difficile de faire admettre que la société désigne et "puni" les personnes qui sont en état de vulnérabilité.

Il est extrêmement complexe actuellement de faire admettre que la société considère les femmes comme des citoyens de seconde zone, ce qui les place d'office dans une situation de vulnérabilité. Il est enfin HARDCORE de faire comprendre que tant que l'imaginaire collectif sera aussi étriqué, on n'atteindra pas l'égalité réelle.

Il sera temps de comprendre que les féministes ne mangent pas les hommes nus à la pleine lune, trempés dans le sang de fœtus avortés, que les féministes ne veulent pas "indifférencier" les hommes et les femmes, mais surtout laisser le choix à chacun...

C'est pire que le mythe de Cthulhu à ce stade.











Une féministe enragée un jour de manif'

Enfin, croire qu'une féministe est là pour ne parler que de ce qui l'arrange (mention spéciale à celui qui explique qu'on ne parle pas des métiers pénibles qui ne sont pas paritaires parce que selon lui "masculins"... parce que les aides-soignantes ne font pas des travaux pénibles peut être ? Ainsi que les aides à domicile ? Les infirmières ? Non, les métiers ultra féminisés ne sont pas des métiers pénibles et dévalorisés...), c'est quand même au moins aussi stupide que de croire qu'une féministe va vous coller un coup de pelle un jour de manif'... et pourquoi pas celle ce Cthulhu pendant qu'on y est, hein ?

Au moins, la théorie du complot sera complète...

Contre les murs, c'est plus efficace...





2 commentaires:

  1. Et puis le "communautarisme"... ah ah, je lol. "Les femmes" seraient donc une sorte de minorité, comme les homos, les sans papiers, les noirs, les intermittents du spectacle, tout ça tout ça. Hein, si on commence à vouloir contenter tout le monde, ça va être un beau bordel !


    Et à propos "d'islamisation sexiste" débridée... Ca me rappelle une "affaire" récente...

    http://morpheastouch.blogspot.fr/2014/03/ni-jupe-ni-niquab-ni-pute-ni-soumise.html

    ...l'était un michant taliban le monsieur ?

    RépondreSupprimer
  2. Et, je relis un truc qui m'a interpellé.

    "les féministes ne veulent pas "indifférencier" les hommes et les femmes, mais surtout laisser le choix à chacun"

    En fait en quelque sorte, c'est ça. C'est faire passer le critère "homme" ou "femme" comme un critère secondaire dans la détermination de la personnalité et des aptitudes de chacun. Mais contrairement à ce que nous rabâchent les masculinistes de tout poil, il ne s'agit pas de nier les différences entre les gens, mais au contraire, ne pas enfermer les gens dans deux cases, déterminées ad vitam à la naissance. Parce que si ça, c'est pas nier les différences, qu'est-ce que c'est...

    Ca rassurait à l'époque de savoir que la terre était plate. Que le roi était le représentant de dieu sur terre. Et qu'Eve n'avait qu'à pas bouffer la pomme sans l'autorisation de son mari (quelle salope celle là, franchement).
    Ca rassure de nos jours de savoir que les femmes sont meilleures en ménage et élevage de gosses.

    Les mythes n'ont changé que d'apparence...

    RépondreSupprimer