dimanche 16 mars 2014

Ni jupe, ni niquab, ni pute, ni soumise : l'impossible apparence des femmes

Cette semaine, j'ai eu l'occasion de lire un billet de Tumblr terrible. Je ne connaissais pas cette personne, mais j'ai compris immédiatement son ressenti.
En effet, Jack Parker se trouvait dans le métro. Comme des tas d'entre nous chaque jour. Et à la faveur des cahots de ce moyen de transport, un inconnu en a profité pour glissé ses doigts sous sa jupe pour la tripoter. Heureusement, notre valeureuse Jack s'est défendue et d'autres personnes l'ont aidée à mettre hors de la rame cet individu au comportement des plus douteux.
Il y a des tas d'enseignements à retenir de cette histoire, notamment qu'elle est tristement banale, et surtout, que si vous la racontez, on vous dira qu'effectivement, c'est ce que les femmes risquent à chaque instant quand elles sont trop provocantes.

Mais comme le disait l'un de mes proches : "il n'y a même pas à commenter cette histoire. Il faut appeler les choses par leur nom : c'est une agression sexuelle qui devrait être punie par la loi."



Oui, cette remarque tombe sous le sens. Alors comment expliquer le grand écart entre ça et les réactions absurdes des gens qui prétendent que les femmes ne doivent pas s'habiller comme elles l'entendent ?



En fait, si on regarde bien les commentaires qui sont fait à l'égard des fringues et de l'apparence de Jack, on lui dit et on lui répète à longueur de temps qu'elle n'avait pas à exciter les hommes qui auraient de prétendus besoin irrépressibles et qui ne pourraient donc évidemment pas se retenir de poser ses mains sur son corps. NON MAIS SERIEUX ? D'OU ON S'ARROGE DES DROITS SUR LES CORPS D'AUTRES ETRES HUMAINS ?????

Ca vous rappelle pas un truc, un truc qui s'appelle, je crois, la construction sociale. Ouai, un truc je crois qui fait en sorte qu'on perpétue la "tradition" que les hommes auraient des droits sur les femmes. Je crois que ça s'étudie même, ouai, en sociologie. La plupart de ces études font partie d'un ensemble qu'on appelle "les théories à propos du concept de genre". D'ailleurs, c'est tellement galvaudé ces machins là que les médias n'arrivent toujours pas à savoir comment ça s'appelle.

Ah, qu'est ce qu'on peut s'accrocher à ces préjugés... Alors qu'il y a belle lurette qu'on pourrait les balayer ces préjugés et tout simplement partager un peu le monde. Mais évidemment, quitter une situation de dominant, il faut croire que ce n'est pas facile pour tout le monde. Les Droits de l'Homme, ce n'est finalement que pour les hommes il faut croire.

Ce qui continue à me choquer là dedans, c'est quelque chose que j'ai déjà évoqué il y a quelques temps : le manque d'empathie évident à l'égard des femmes, de leurs envies, de leur caractère... et donc le respect qui leur est dû en tant qu'être humain. Et du coup, ça me rappelle les articles people qui transforment le cinéma en vaste charcuterie, mais aussi la parole des clients de personnes prostituées.

On s'arrogerait, en particulier du côté des hommes, un droit à observer méticuleusement et à commenter le corps des femmes, en le considérant uniquement dans son apparence, comme si il n'y avait pas un être humain sous cette couche de peau. Oserai-je rappeler que nous sommes tous autant que nous sommes des "sacs à viande", mais qu'il n'y a que les femmes que l'ont regarde comme des plantes vertes ????


"Maître, pour moi, vous êtes tous des sacs à viande"


Contrairement à ce qu'on peut penser, observer de tels comportements et de telles réactions est putain de grave. Mais vraiment. Parce qu'à partir de là, c'est la porte ouverte à tout, et à la justification de tout. A partir des explications de merde sur les hommes et leurs besoins sexuels majeurs (plus que ceux des femmes, notez bien), on pourrait, dans l'hypothèse justifier le harcèlement de rue dont nous sommes TOUTES victimes un jour ou l'autre, on pourrait justifier les viols, on pourrait justifier les féminicides... Non, mais avec ça on peut aller loin...
On peut même justifier dans l'hypothèse le port d'un niquab ou de tout autre vêtement destiné à cacher le corps des femmes. Mais même ça, la société le refuse : on nous dit que "obliger les femmes à cacher leur corps est une oppression".

Alors pourquoi nous encourager à cacher dans le cas de Jack ? Et pourquoi encourager à découvrir dans le cas du niquab ?

Parce que l'apparence des femmes doit être contrôlée. C'est de cette façon que la société donne des privilèges à un groupe et les refuse à un autre. En construisant ce rapport à l'apparence des femmes, la société limite notre liberté d'aller et venir à notre guise en nous menaçant de "ce qui pourrait nous arriver", comme ce qui est arrivé à Jack, et que, selon certains commentateurs, elle aurait bien mérité. 

Mais nous ne pouvons pas remplir cette exigence. Nous ne devons d'ailleurs aucunement la remplir. Nous avons le droit de choisir et nous nous devons de faire valoir ce droit.
Et pour faire valoir ce droit, nous avons du pain sur la planche :

  • Ne plus nous taire lorsqu'on nous agresse à ce sujet
  • Sensibiliser le plus de monde autour de nous au mal être provoqué par cette recrudescence de propos sexistes
  • Sensibiliser également au fait que de tels actes sont punis par la loi, loi qui est destinée à nous protéger
  • Eduquer nos petits garçons et nos petites filles dans le respect des autres êtres humains, peu importe leur âge, leur sexe, leur couleur de peau, leurs convictions religieuses...

Parce qu'à la fin, ce n'est pas respecter les petites filles que de leur apprendre sans cesse combien elles sont fragiles (ce qui est faux), combien elles doivent maîtriser leur apparence de manière à ne pas faire trop pute ou trop soumise, ce n'est pas respecter filles et garçons que de dire à ces derniers que pour faire mâles, ils doivent user de violence...

Aujourd'hui, qu'on commence à peine à faire prendre conscience au monde du problème gigantesque représenté par les violences faites aux femmes (violence conjugale, harcèlement, prostitution, viols...), il sera temps de mettre en avant l'idée qu'au delà de tous les préjugés, les femmes sont la moitié de l'humanité, donc des êtres humains comme les autres, avec tout ce que ça implique.

 Et fuck le conditionnement !!!!





PS : ces magnifiques Gifs sont trouvables par ici. Merci beaucoup à leur auteur ;) !


1 commentaire:

  1. Le même conditionnement est imposé aux hommes d'ailleurs. C'est moins gênant pour eux parce qu'ils sont du coté où ça n'est pas trop restrictif, mais ça fait partie du même tout. Comme tu l'as souligné, les hommes sont censés avoir des "pulsions sexuelles" incontrôlables, ne jamais avoir peur, ni monter leurs émotions, ni tous ces trucs "qui font tapette" (et être homophobe tiens d'ailleurs aussi)...

    Quand on voit certaines personnes crier au scandale parce que "l'Etat" interfère dans l'éducation de leurs enfants... en particulier en les éduquant à l'égalité homme-femme... Heureusement précisément qu'il y a l'école si on veut espérer mettre fin à ce genre de pratiques, ou du moins faire quelques pas dans la bonne direction...

    Tiens, et par curiosité, ce "monsieur d'une 50aine d'années" dans le métro dont il est fait mention dans l'article, était-il un de ces "barbares non civilisés" aux "moeurs pas de chez nous"... ? (puisque parait-il, ces comportements ne sont l'apanage que des méchants immigrés africains)

    RépondreSupprimer