dimanche 22 septembre 2013

La Femme Accident, par Grenson et Lapierre, édition Aire Libre

On est parfois surpris par ce qu'on peut trouver parmi les bandes-dessinées... et parfois, de façon très positive. C'est ainsi que j'ai découvert l’œuvre, de La Femme Accident, avec au dessin Grenson, et au scénario Lapierre, aux éditions Aire Libre.



Julie est en prison : elle est actuellement entendue dans une affaire de meurtre et elle est la principale suspecte. Pour se disculper, pour que les jurés puissent comprendre, Julie va entamer le récit de sa vie. A la fin, il nous sera laisser le soin de la considérer comme coupable ou non...


Prostitution : pénaliser les clients ?


Si il y a bien une institution vieille comme Erode (et non pas comme le monde, s’il vous plaît), c’est bien la prostitution. C’est un sujet de conversation épineux pour les dimanches midi où chacun exprime sa position avec force conviction. Entre ceux qui sont persuadés que c’est un mal nécessaire sans lequel « on verrait le nombre de viols exploser ! », ceux qui sont contre par pudibonderie « on ne fait pas l’amour avec n’importe qui, tout de même, ma bonne dame ! », ceux que ça dérange sans qu’ils puissent bien expliquer clairement pourquoi, et ceux qui trouvent que les prostituées sont les femmes les plus courageuses qui soient… chacun a sa petite idée sur la prostitution.


Mais les idées, ça ne suffit pas sur un sujet comme la prostitution. Ca ne suffit pas parce que ça ne dit jamais clairement de quoi la prostitution est faite, précisément.


En tous cas, pour l’heure, Maud Olivier a rendu à l’Assemblée Nationale un rapport sur l’état des lieux du système prostitutionnel.
Ce rapport préconise de ne pas interdire l’exercice de la prostitution, puisqu’il n’est à aucun moment question de criminaliser les personnes prostituées, mais de punir les clients.

vendredi 13 septembre 2013

Un sujet épineux et ambivalent : les pin-ups

Bien avant mon engagement dans le féminisme, je m'interrogeais déjà sur ces femmes court-vêtues, avec de longues jambes, maquillées et montées sur talons aiguilles.
Je me demandais ce qui leur valait tant de regards et d'admiration, je me demandais ce qu'elles ressentaient drapées dans ce genre de vêtements, d'attitudes...

Aujourd'hui, ces figures m'intéressent encore, à la lumière d'une autre question : est-ce que la pin-up peut être féministe ?

La pin-up classique : celle de Tex Avery !


mardi 10 septembre 2013

"Lui", le magazine qui nous ramène 50 ans en arrière (et même plus)

Si l'été a eu sa dose de réjouissances, comme par exemple cet amusant spot de publicité de Décathlon, la rentrée a annoncé des choses en demi-teinte, notamment au niveau de la presse papier. Notons d'abord que le nouveau magazine "féministe" Bridget, pensant innover à la manière de Causette, s'est pris les pieds dans le tapis. Mais si il n'y avait que cela, le monde serait beau et simple...

Mais non... d'autres innovent avec... avec on ne sait pas trop quoi qui a un vieux relent des années 50.
Ce nouveau magazine est sorti il y a seulement quelques jours et sa campagne publicitaire a envahi tous les marchands de journaux du métro parisien notamment : autant dire qu'on ne peut pas louper la couverture ô combien... euh... Innovante... de ce magazine.

Attention, ça pique les noeils.

Voici le nouveau venu en kiosque : LUI



samedi 7 septembre 2013

Appel citoyen contre l’incitation au viol sur Internet

Un peu à la bourre, je me permets de relayer cet appel citoyen qui me paraît des plus importants, encore plus quand on voit les réponses que s'est vue infligée Diké.

Non à la mysogynie de base qui encourage à violer les femmes !


L’intégralité de cette tribune peut être téléchargée ici. Toute personne adhérant à cet appel peut le reprendre à son compte et le reproduire, le diffuser et le publier. Par ailleurs une pétition est en ligne ici.

Incitation au viol sur un site de coaching en séduction

Nous, militantes féministes et citoyennes, avons récemment dénoncé un site de coaching en « séduction » appelé Seduction By Kamal (1) comme incitant au viol.
Seduction By Kamal est un site d’apprentissage des techniques de « pick up artist », à savoir « artiste de la drague ». Il s’agit de techniques de « drague » et de conseils en matière de sexualité. Le site est gérée par la société SBK Coaching, et génère du profit grâce à la vente de livres numériques (« e-books »).
L’indignation s’est focalisée sur un article violent en accès libre et gratuit. Intitulé « Comment Bien Baiser : les 3 Secrets du Hard SEXE » (2), il nous apparait en réalité comme une incitation au viol, particulièrement toxique en raison de l’aspect éducatif du site.
Nous estimons que les propos sont explicites : pour bien « baiser », l’important est de ne pas tenir compte du consentement de sa « partenaire ». Une capture d’écran est conservée ici. Les extraits les plus choquants sont cités ci-dessous, dans la lettre au Procureur, ainsi que chez la blogueuse Diké (3).
Cet article a été écrit par Jean-Baptiste Marsille, rédacteur web, auto-entrepreneur et écrivain (4). Le directeur de publication du site se fait appeler Kamal (5).
Il ne s’agit pas d’un petit blog isolé. D’après son créateur, ce site reçoit 20 000 visiteurs par jours, le chiffre d’affaire de la société « SBK Coaching» est de l’ordre de 10 000 euros par mois (6). Sa page Facebook est suivie (« likée ») par près de 17 000 personnes. Nous notons aussi que les frais de fonctionnement du site semblent peu élevés, compte-tenu des avantages fiscaux de la Pologne par rapport à la France (7), et du caractère dématérialisé des publications électroniques vendues.
Malgré de multiples sollicitations depuis octobre 2012, Kamal n’a jamais réagi. L’article était toujours en ligne à l’heure où nous écrivons cette lettre.
Depuis 2012, cet article a également été signalé en vain au Ministère de l’Intérieur (www.internet-signalement.gouv.fr). Pourquoi la loi n’est-elle pas appliquée ? Est-ce un problème managérial (manque de moyens pour traiter tous les signalements) ou un problème culturel (mauvaise formation et sensibilisation des agents du Ministère à la misogynie en ligne et à la culture du viol) ?
Nous joignons donc à cette tribune un signalement au Procureur de la République concernant le délit d’incitation au viol en ligne sur la page signalée.