dimanche 22 décembre 2013

Régressons sous les applaudissements

Et oui, l'Espagne est en train de voter une loi destinée à limiter le droit à l'avortement sous les applaudissements de 41% de la population. A présent, seuls les cas limites des femmes en état psychologique instables ou violées pourront faire appel à cette intervention en Espagne. C'est une régression sans commune mesure que s'est permis Mariano Rajoy et son gouvernement.



La liberté à disposer de son corps permise à la fois par la contraception mais aussi l'accès à l'Interruption Volontaire de Grossesse est actuellement remise en cause, notamment en France par des gens comme Marion Maréchal-Lepen. Comme si, tout, évidemment, tout était de la "faute" des femmes. Le mythe d'Eve a encore de beaux jours devant lui...

dimanche 15 décembre 2013

La création artistique : à court de carbu ?

En empruntant notre bien aimé métro parisien jour après jour, mes yeux se posent régulièrement sur les différentes affiches colorées qui ornent ses couloirs bondés. Bloquée par une famille de touristes perdue dans ce labyrinthe obscur, je me perds moi-même dans la contemplation de l'une de ces œuvres magistrales...


Angélique... ? Marquise des anges... Pourquoi j'ai la vague sensation que ça me dit quelque chose... Si si...

Et là, boum, je me souviens de l'époque où j'avais encore la télévision. Une série de films vieux comme Erode, qu'on vous repasse tous les ans à chaque vacances ou jour férié... Oui, une dame rousse...Angélique et le Roy... Indomptable Angélique... Angélique et le Sultan... Ouai, des titres qu'on vous rabâchait pendant toutes les vacances parce qu'on allait une énième fois vous repasser la saga magistrale...
Alors, je connais mal ces films, mais les pitchs me paraissent assez fades, notamment au niveau d'un contenu qui se voudraient un tant soit peu égalitaires (oui, je sais, je chipote), mais je suis restée bouche bée devant l'affiche.
Ma première réaction a été celle-ci : "ENCORE UN REMAKE ?!!!!!"
Et puis, la demi-seconde d'après, une autre pensée toute aussi violence m'a assaillie : "ENCORE UNE REPRESENTATION SEXUALISEE DES FEMMES AVEC UN BONHOMME QUI SE TRIMBALLE AVEC UN OBJET DE POUVOIR ?!!!"

Et enfin, après quelques instants d'attente, une autre pensée est venue se greffer par dessus (et c'est là que je voulais en venir, désolée, je suis bavarde, même à l'écrit) : "MAIS COMMENT C'EST POSSIBLE DE NE PAS ARRIVER SE RENOUVELER ?????" 

dimanche 1 décembre 2013

La liberté et la mauvaise foi


Voilà une décision courageuse, attendue depuis un certain temps, pour ne pas dire depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale... 



Comme de nombreuses personnes, tous les débats qui ont entouré ces propositions m'ont essoufflée. Ah, ça, la liberté individuelle a été mise à l'honneur... Mais je demande parfois quelle est la signification du mot liberté pour ces gens là. Le droit de laisser d'autres maltraiter son corps... Le droit de laisser d'autres parler de soi comme d'une marchandise sans valeur, un morceau de viande à la limite des possibilités de consommation... Oui, comme je l'ai déjà fait remarquer il y a plusieurs semaines, c'est ainsi que parlent les clients des personnes prostituées.

samedi 23 novembre 2013

Le subversif, le sens et les médias

Oui, le titre de ce billet est sans doute un peu barbare... Tout simplement parce qu'à force de parler de notions abstraites, on finit par se perdre dedans.

Je pense que vous avez déjà vu des vidéos ou des images, voire carrément des textes, supposés être ironiques et subversifs pour défendre une cause... et qui finalement... font pas vraiment clash avec ce qu'ils dénoncent.

Je pense par exemple aux Femens, qui, malgré toute l'admiration que j'ai eu pour certaines de leurs actions, défendaient seins nus l'idée que le corps des femmes n'avait pas à être objectivés... Disons que si je comprends leur discours, je suis pas persuadée que le message soit passé clairement.

Dans le même esprit, on a la dernière chanson, et surtout surtout surtout le dernier clip de Lily Allen "Hard Out Here".
Avant de démarrer les hostilités, je préfère que vous sachiez immédiatement qu'elle a cherché à pasticher Robin Thicke et sa merde "Blurred Lines" (dont j'ai déjà parlé ici), mais aussi certaines attitudes adoptées par Miley Cirus.


Qu'on se le dise immédiatement : il paraît que c'est supposé être "subversif".


mardi 19 novembre 2013

Quand on fait fausse route...

... ça ressemble strictement à rien. Si, si, je vous le dis, ça ne ressemble à rien. En ce moment, c'est le cas chaque fois qu'Elisabeth Badinter prend la parole.


Il y a un choix à faire...


Par exemple, sur Le Monde.fr, quand on lui demande ce que lui inspire le manifeste des 343 salauds, elle répond que "c'est nécessaire". Mais comment diable une telle chose est nécessaire ? Comment peut-on légitimement estimer qu'il est nécessaire de réclamer d'avoir un accès illimité au corps des femmes pour des raisons économiques ???? J'avoue que je n'arrive absolument pas à comprendre.


dimanche 20 octobre 2013

De l'intérêt du féminisme

Le 4 octobre dernier, un courageux anonyme a posté un commentaire de choix dans le tout premier billet de mon blog. Si je dois bien reconnaître que ce premier billet n'est pas le plus fouillé de tous ceux que j'ai eu l'occasion de publier ici, le commentaire est pour le moins caricatural... Oui, je suis désolée pour ce courageux anonyme, j'aurai voulu chercher les arguments les plus caricaturaux destinés à contrer le féminisme, je n'aurai pas trouvé !

En conséquence de quoi, c'est dans ce billet que je vais répondre à cette longue invective.

En voici donc une copie : (cette personne ne pourra pas dire que je ne lui donne pas voix au chapitre !)

"90% des travaux pénibles et dangereux (travaux publics, mines, centrales nucléaire...) sont assurés par les hommes.
Les hommes consacrent plus de 7h30 à leur travail (entreprise), contre 6h30 en moyenne pour les femmes
Les femmes touchent un salaire en moyenne 30% moins élevé que les hommes (ça reste à démontrer...) il faut noter qu'elles font plus de temps partiel que les hommes (souvent par choix) (et les hommes entre eux à travail égal touchent-ils le même salaire ???
En France, 3/4 des victimes de suicide sont des hommes. Et personne ne s'en soucie
En Espagne les féministes ont tous les pouvoir, une femme accusant son conjoint de violence conjugale dit "forcément" la vérité; les hommes n'ont aucune possibilité de faire éclater la vérité, l'homme est forcément coupable.
En France, un homme meurt tous les dix jours victime de violence conjugale et personne n'en parle (contrairement aux femmes victimes de violences) (le numéro d'appel 3919 est présenté par le ministère de la Parité comme s'adressant exclusivement aux victimes féminines, et toutes les personnes répondantes sont des femmes ; la conséquence en est que les victimes masculines ne font pratiquement pas appel à ce service).
En France, les hommes partent à la retraite en même temps que les femmes alors que ces dernières vivant en moyenne 5 à 6 ans de plus que les hommes devraient partir plus tard.
En France, dans le domaine des naissances, l'absence de tout pouvoir de décision donné aux pères, et le pouvoir total donné aux mères : choix de garder ou non l'enfant, choix de pratiquer ou non l'interruption volontaire de grossesse (IVG), choix d'accoucher ou non sous X .
En France, l'impossibilité légale pour les hommes, en cas de doute sur une paternité qui leur est attribuée, de procéder à une recherche de paternité, la possibilité en étant réservé aux mères dans les dix premières années de l'enfant.
En France, les discriminations en faveur des femmes tolérées (entrée gratuite en discothèque, au Parc des Princes, ou autres promotions réservées aux femmes, inscription à certains sites gratuitement, offres d'emploi s'adressant exclusivement à un public féminin pour des métiers comme serveuse ou hôtesse d'accueil...) alors que de telles discriminations en faveur des hommes sont passibles des juridictions pénales.
C'est ça le féminisme, c'est ça la société matriarcale.
Et on peut continuer encore longtemps !"

Ah, le courage de cet anonyme est louable face à la castratrice féministe que je suis...

mardi 15 octobre 2013

Prostitution : les clients parlent et ça fait mal

Si il est admis (enfin !) que les personnes prostituées ne sont pas les seules à jouer un rôle dans la prostitution, il est difficile à admettre pour bon nombre de personnes que les clients sont également responsables dans cette histoire.

Il est par ailleurs difficile de faire admettre qu'une prostituée est victime d'un système (en l'occurrence le système prostitueur qui s'appuie plus que très largement sur le système patriarcal), et que ce système légitime les actions néfastes d'un groupe en particulier : les clients.



Alors les clients, parlons-en un peu, justement.

samedi 5 octobre 2013

Prostitution : les arguments les plus utilisés

Pour poursuivre un précédent billet sur le thème de la prostitution, j'aimerai revenir sur les arguments fréquemment retrouvés dans l'argumentaire des personnes qui s'opposent à la pénalisation des clients de la prostitution et à la considération du statut de victime des personnes prostituées. En effet, sur un sujet si complexe, rien ne vaut des études de population mais... non, la plupart des gens préfèrent se fier à ce qu'ils appellent le "bon sens".

Hors, ce bon sens, il fait parfois du mal, en particulier aux personnes qui sont directement confrontées à la difficulté considérée.
Je vous propose donc de décortiquer le top 5 des arguments utilisés par les opposants au projet de loi en gestation visant à punir les clients de la prostitution. Et ce sont des arguments de merde qui se démontent sans presque lever le petit doigt.



Si si, je vous jure.

dimanche 22 septembre 2013

La Femme Accident, par Grenson et Lapierre, édition Aire Libre

On est parfois surpris par ce qu'on peut trouver parmi les bandes-dessinées... et parfois, de façon très positive. C'est ainsi que j'ai découvert l’œuvre, de La Femme Accident, avec au dessin Grenson, et au scénario Lapierre, aux éditions Aire Libre.



Julie est en prison : elle est actuellement entendue dans une affaire de meurtre et elle est la principale suspecte. Pour se disculper, pour que les jurés puissent comprendre, Julie va entamer le récit de sa vie. A la fin, il nous sera laisser le soin de la considérer comme coupable ou non...


Prostitution : pénaliser les clients ?


Si il y a bien une institution vieille comme Erode (et non pas comme le monde, s’il vous plaît), c’est bien la prostitution. C’est un sujet de conversation épineux pour les dimanches midi où chacun exprime sa position avec force conviction. Entre ceux qui sont persuadés que c’est un mal nécessaire sans lequel « on verrait le nombre de viols exploser ! », ceux qui sont contre par pudibonderie « on ne fait pas l’amour avec n’importe qui, tout de même, ma bonne dame ! », ceux que ça dérange sans qu’ils puissent bien expliquer clairement pourquoi, et ceux qui trouvent que les prostituées sont les femmes les plus courageuses qui soient… chacun a sa petite idée sur la prostitution.


Mais les idées, ça ne suffit pas sur un sujet comme la prostitution. Ca ne suffit pas parce que ça ne dit jamais clairement de quoi la prostitution est faite, précisément.


En tous cas, pour l’heure, Maud Olivier a rendu à l’Assemblée Nationale un rapport sur l’état des lieux du système prostitutionnel.
Ce rapport préconise de ne pas interdire l’exercice de la prostitution, puisqu’il n’est à aucun moment question de criminaliser les personnes prostituées, mais de punir les clients.

vendredi 13 septembre 2013

Un sujet épineux et ambivalent : les pin-ups

Bien avant mon engagement dans le féminisme, je m'interrogeais déjà sur ces femmes court-vêtues, avec de longues jambes, maquillées et montées sur talons aiguilles.
Je me demandais ce qui leur valait tant de regards et d'admiration, je me demandais ce qu'elles ressentaient drapées dans ce genre de vêtements, d'attitudes...

Aujourd'hui, ces figures m'intéressent encore, à la lumière d'une autre question : est-ce que la pin-up peut être féministe ?

La pin-up classique : celle de Tex Avery !


mardi 10 septembre 2013

"Lui", le magazine qui nous ramène 50 ans en arrière (et même plus)

Si l'été a eu sa dose de réjouissances, comme par exemple cet amusant spot de publicité de Décathlon, la rentrée a annoncé des choses en demi-teinte, notamment au niveau de la presse papier. Notons d'abord que le nouveau magazine "féministe" Bridget, pensant innover à la manière de Causette, s'est pris les pieds dans le tapis. Mais si il n'y avait que cela, le monde serait beau et simple...

Mais non... d'autres innovent avec... avec on ne sait pas trop quoi qui a un vieux relent des années 50.
Ce nouveau magazine est sorti il y a seulement quelques jours et sa campagne publicitaire a envahi tous les marchands de journaux du métro parisien notamment : autant dire qu'on ne peut pas louper la couverture ô combien... euh... Innovante... de ce magazine.

Attention, ça pique les noeils.

Voici le nouveau venu en kiosque : LUI



samedi 7 septembre 2013

Appel citoyen contre l’incitation au viol sur Internet

Un peu à la bourre, je me permets de relayer cet appel citoyen qui me paraît des plus importants, encore plus quand on voit les réponses que s'est vue infligée Diké.

Non à la mysogynie de base qui encourage à violer les femmes !


L’intégralité de cette tribune peut être téléchargée ici. Toute personne adhérant à cet appel peut le reprendre à son compte et le reproduire, le diffuser et le publier. Par ailleurs une pétition est en ligne ici.

Incitation au viol sur un site de coaching en séduction

Nous, militantes féministes et citoyennes, avons récemment dénoncé un site de coaching en « séduction » appelé Seduction By Kamal (1) comme incitant au viol.
Seduction By Kamal est un site d’apprentissage des techniques de « pick up artist », à savoir « artiste de la drague ». Il s’agit de techniques de « drague » et de conseils en matière de sexualité. Le site est gérée par la société SBK Coaching, et génère du profit grâce à la vente de livres numériques (« e-books »).
L’indignation s’est focalisée sur un article violent en accès libre et gratuit. Intitulé « Comment Bien Baiser : les 3 Secrets du Hard SEXE » (2), il nous apparait en réalité comme une incitation au viol, particulièrement toxique en raison de l’aspect éducatif du site.
Nous estimons que les propos sont explicites : pour bien « baiser », l’important est de ne pas tenir compte du consentement de sa « partenaire ». Une capture d’écran est conservée ici. Les extraits les plus choquants sont cités ci-dessous, dans la lettre au Procureur, ainsi que chez la blogueuse Diké (3).
Cet article a été écrit par Jean-Baptiste Marsille, rédacteur web, auto-entrepreneur et écrivain (4). Le directeur de publication du site se fait appeler Kamal (5).
Il ne s’agit pas d’un petit blog isolé. D’après son créateur, ce site reçoit 20 000 visiteurs par jours, le chiffre d’affaire de la société « SBK Coaching» est de l’ordre de 10 000 euros par mois (6). Sa page Facebook est suivie (« likée ») par près de 17 000 personnes. Nous notons aussi que les frais de fonctionnement du site semblent peu élevés, compte-tenu des avantages fiscaux de la Pologne par rapport à la France (7), et du caractère dématérialisé des publications électroniques vendues.
Malgré de multiples sollicitations depuis octobre 2012, Kamal n’a jamais réagi. L’article était toujours en ligne à l’heure où nous écrivons cette lettre.
Depuis 2012, cet article a également été signalé en vain au Ministère de l’Intérieur (www.internet-signalement.gouv.fr). Pourquoi la loi n’est-elle pas appliquée ? Est-ce un problème managérial (manque de moyens pour traiter tous les signalements) ou un problème culturel (mauvaise formation et sensibilisation des agents du Ministère à la misogynie en ligne et à la culture du viol) ?
Nous joignons donc à cette tribune un signalement au Procureur de la République concernant le délit d’incitation au viol en ligne sur la page signalée.


dimanche 18 août 2013

La documentation française : Femmes, hommes, penser l'égalité

Cet été, j'ai pris sur moi, et je me suis attelée à un sujet difficile : l'égalité non pas de droit, mais de fait, entre les femmes et les hommes dans tous les aspects de leur vie, comme le défend normalement la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.
Il me fallait un ouvrage récent, pour me faire une petite idée... mais j'ai fini par trouver !



Une petite perle de la documentation française, dirigée par Sandrine Dauphin et Réjane Sénac, intitulée : "Femmes, hommes : penser l'égalité", qui a bénéficié de la participation de Marie Duru-Bellat, Elisabeth Elgàn, Maxime Forest, Maryse Jaspard,  Annie Junter, Françoise Milewski, Janine Mossuz-Lavau, Hélène Périvier, Florence Rochefort, Sylvie Schweitzer, Rachel Silvera, Mariette Sineau et ma bien aimée Catherine Vidal.

dimanche 11 août 2013

Quelques dates du XXème siècle... et un peu du XXIème !

On dit souvent que le droit est là pour protéger toutes et tous à égalité, dans le respect, bla bla bla...  Mais on oublie souvent que le droit n'a pas toujours été en faveur des femmes, et d'ailleurs, pour être claire, il a longtemps constitué un carcan légitimant la domination des hommes sur les femmes.



Par exemple, il faut rappeler que ce n'est qu'après la fin de la Seconde Guerre Mondiale que les femmes françaises ont enfin accéder au droit de vote, donc à la citoyenneté civique.

Mais savez-vous...

mardi 6 août 2013

De l'hystérie collective au sujet du voile...

Hier soir, j'ai eu la grande surprise de lire cet article traitant de la possibilité d'interdire le port de signes religieux au sein d'une université publique.

Ouai hein, ça fait pas vrai, dit comme ça ?

Bah oui, ça fait pas vrai, parce que c'est reformulé. Je faisais la version "light" là, parce que l'article ne s'axe pas vraiment là-dessus. Non non, il s'axe directement sur le port du voile par les femmes musulmanes à l'université (hyyyyyyyyyyyper précis, dites-moi).

lundi 22 juillet 2013

Le Tableau : une belle histoire portée par une héroïne indépendante


Le Tableau est un film d'animation franco-belge de Jean- François Laguionie sorti en 2011. Oui, c'est sûr, ça n'a pas fait le buzz à l'époque, et c'est bien dommage. Parce que c'est beau, ça offre un certain renouveau et... l'héroïne est rafraîchissante, vraiment.




dimanche 21 juillet 2013

Le concept de "genre" : la nature de la question renvoie à la culture de nos préjugés

Suite à un commentaire particulièrement intéressant sur mon dernier billet, je me suis dit que j'allais quand même faire un billet sur le concept de "genre". Tout le monde en parle en ce moment, y compris pour rétablir des vérités importantes, mais je ne sais pas...
J'ai l'impression que la connaissance s'égare à force.
Alors, j'aimerai clarifier, autant que possible, ce genre de concept, pour que chacun sache au moins un minimum en quoi cela consiste, même si cette personne tombe par ici tout à fait au hasard.
C'est quand même important dans un contexte où on souhaite que tout le monde accède à la connaissance scientifique. C'est également important quand on vit dans un pays dont la devise est "Liberté, EGALITE, fraternité".

Je reviens donc sur le fameux commentaire qui s'achevait sur cette phrase ô combien pleine de bon sens : "Il y a des différences entres les hommes et les femmes et vous vous efforcez de le nier. Je ne sais pas pourquoi vous faites cela."

Il me semble bien que nous sommes en plein dans le problème posé par le concept de "genre" que j'ai évoqué plus haut. Pourquoi y sommes-nous, pourquoi dois-je y faire appel pour répondre à ce genre d'invective ?



Parce que c'est là le noeud d'un problème épineux qui touche la conscience collective au plus profond de ses fondations.

On va parler clairement, si vous le voulez bien.

lundi 8 juillet 2013

Echangeons un peu les rôles...

Non mais, c'est vrai ça. On a beau le dire, le répéter, inlassablement, ça ne rentre pas dans la tête des gens : les poses des femmes dans les publicités, dans de nombreux films, et des tonnes de médias visuels sont tout bonnement hallucinantes (pour ne pas dire totalement inhumaines, of course, mais bon hein, on a l'habitude de maîtriser notre langage, sous peine de nous faire traiter d'hystériques).

Pourtant, on représente les femmes de manière complètement grotesque. Mais ce qui est fortiche, mine de rien, c'est que ça ne se voit même plus. Ca se voit quand on observe des hommes faire la même chose. C'est là alors qu'on peut très clairement se dire qu'il y a un gros souci.

Admirez plutôt un formidable travail sur les poses des pin-ups, dans un travail photographique de Rion Sabean.


mardi 18 juin 2013

Un mal silencieux : la retraite

Si la retraite est un souci qui engage tout à chacun, les difficultés qui y sont liées sont bien plus cruelles pour les femmes que pour les hommes, comme le souligne la dernière campagne d'Osez le Féminisme.




samedi 15 juin 2013

La présence d'héroïnes féminines dans les jeux-vidéo : un problème ?

A l'occasion de l'E3, célèbre salon des jeux-vidéo organisé chaque année à Los Angeles pour présenter les nouveautés dans le domaine, on ne peut pas s'empêcher de remarquer l'amélioration de tout un tas de techniques sophistiquées en matière de jeux-vidéo, et qu'on peut maintenant faire des choses magnifiques en terme de graphisme et d'interaction avec l'environnement.

On a quand même fait des progrès depuis quelques années.

Un petit extrait de Mass Effect 3


Et on partait de loin.

Monkey Island 2


Mais il y a un point sur lequel on n'a toujours pas avancé...

C'est... c'est ?

C'est ?

mardi 11 juin 2013

Robin Thicke, "Blurred Lines" : Beurk

Parfois, des artistes font des choses louables avec des paroles un peu maladroites. Comme par exemple Bérénice Béjo qui fait ressortir la vieille théorie de l'essence féminine du placard en voulant montrer qu'elle n'est pas une potiche, l'année dernière... Ce sont des choses qui arrivent : on finit toujours tous et toutes par trébucher, pétri(e)s que nous sommes par les injonctions rocambolesques du patriarcat. Je pense d'ailleurs qu'on devrait plutôt se réjouir à l'idée que ces propos ne sont plus aujourd'hui acceptés aussi simplement qu'ils pouvaient l'être auparavant.

Mais parfois, les gens ne trébuchent pas. Ils font juste de la merde. C'est comme ça.
On ne peut pas invoquer simplement une erreur de parcours, c'est juste complètement à côté de la plaque.



jeudi 6 juin 2013

"T'es bonne" : quand le soleil est de retour...

Le soleil revient. La température se fait plus douce. C'est le moment où vous arrivez péniblement à remiser votre doudoune au placard, en vous disant que bon sang, l'hiver était long (et pluvieux souvent) et que vous allez pouvoir vous balader avec moins de bordel sur le dos.
C'est aussi le moment où se produit un phénomène difficile à éluder, et plein d'autres blogueuses en parlent : quand le soleil revient (et là, il a mis sacrément longtemps à revenir...), les "poètes" des rues reviennent à la charge...




Qu'est ce qu'un poète des rues ? C'est le mec qui te déshabille du regard à 500 mètres de distance et qui attend d'être près de toi pour te lancer un profond "ah mamzelle, z'êtes charmante" et autres "ça fait du bien aux yeux", voire carrément la figure de style hors du commun "t'es bonne".

Le poète des rues a une dégaine des plus diverses : il peut s'agir d'une espèce de dindonneau équipé des mêmes lunettes de soleil que Nicolas Sarkozy, avec une chemise à carreaux, parfois un T-shirt d'une marque qui fait "riche", en jean ou en survet', le poète des rues s'épanouit en toutes circonstances et en toutes tenues.

Et, le plus important, c'est qu'il pense même te faire plaisir en te faisait remarquer que tu es "chatoyante" à ses yeux.

dimanche 2 juin 2013

Femen vs Antigones : on perd la boule

Des choses, ces dernières semaines, il s'en est passé beaucoup. Entre le festival de Cannes et ses escorts, les propos de Polanski, ceux de François Ozon, tous aussi sympathiques, la tribune de Nancy Huston et de Michel Raymond dans Le Monde, on est quand même sacrément servi en matière de sexisme. Là, c'est gratiné, avec du sel, et même des petits champignons, y a pas à dire.

Alors quelle n'est pas ma stupeur quand je découvre ceci. Évidemment, je suis intriguée. Comme tout le monde, j'imagine. Bah oui, un groupe de femmes, habillées en blanc, qu'est ce que ça pourrait signifier ? Sont-elles féministes ? Quel but poursuivent-elles ?

Alors, je regarde la vidéo. Et là, je pleure. Bah oui, c'est à pleurer oui.

Déjà, l'objet de cette vidéo est une inimitié entre ces jeunes femmes et les Femen, qui y sont finalement considérées comme représentantes suprêmes des  féministes.
Euh, non, désolée de vous décevoir, mesdames, mais si les Femen se revendiquent féministes, elles ne sont pas à elles seules toutes les féministes ni de France, ni de la planète. C'est tout de même clôturer un peu le débat que de commencer par là.

mardi 21 mai 2013

Droit de regard

La semaine dernière, les réseaux sociaux et certains sites se sont émus de l'apparition d'une nouvelle émission de télévision danoise, Blachman. Le concept : deux hommes observent une femme nue en faisant des commentaires sur son corps.

Dans le cochon, tout est bon !

D'un simple point de vue technique, l'émission porte le nom de l'un des deux hommes qui observe ces femmes, le présentateur, Thomas Blachman. Le second homme est un "invité". Y a déjà une piste à exploiter pour comprendre la démarche de l'émission là...

L'idée est tout simplement scandaleuse, ne serait-ce que parce qu'il ne s'agit que d'hommes qui observent des femmes, et jamais l'inverse. On prend une femme, on en fait une bête de foire qu'on expose nue et on laisse deux hommes critiquer son apparence physique et porter des jugements sur cette dernière.

Mais concrètement, qu'est-ce que cela nous apprend ?

dimanche 12 mai 2013

Batman Begins : où sont les femmes ?



Sorti en 2005, le film Batman Begins, réalisé par le très talentueux Christopher Nolan, a été un franc succès à bien des égards : c'est un film d'action prenant, qui s'intéresse à un héros de comics sans le dénaturer, bref, une belle réussite. Je partage très clairement cette opinion.
J'ai l'impression qu'il y a un peu du Batman de Tim Burton, un personnage tout en finesse, qui permet également une découverte différente à travers ce passé tumultueux avec la fameuse Ligue des Ombres.

J'ai revu le film très récemment en tâchant d'avoir un regard neuf... et j'ai le malheur de vous annoncer que le film est bel et bien ultra sexiste.
C'est dommage, d'autant qu'il me semble bien que Nolan a tenté de se rattraper dans les films suivants, mais celui-ci n'échappe pas vraiment aux clichés du cinéma américain, en particulier concernant l'image de la "virilité" des hommes et celle de la "fragilité" des femmes.
Puisque j'aime le film (bah oui quoi, on le droit de critiquer, même si on aime, nan ?), j'ai tâché d'analyser un peu la question.


samedi 11 mai 2013

Exercer sa religion... un calvaire quand on est une femme


Vous êtes juive ? Vous êtes une femme ? Alors prier au Mur des Lamentations avec le châle de prière, des phylactères et la kippa, et en lisant la Torah évidemment, ce n'est pas pour vous.

Pourtant, pendant 20 ans, les Femmes du Mur ont demandé à ce que cet espace leur soit ouvert, avec la possibilité d'exercer leur religion jusqu'au bout.
La justice leur a donné raison récemment, en estimant qu'elles ne troublaient pas l'ordre public.

Pourtant, lorsqu'elles se sont rendues sur place, elles ont été reçues avec des cailloux, des crachats, des déchets et de la haine.

Oui, de la haine, c'est le mot.

La haine des femmes, et l'interdiction qui leur est faite d'avoir une autonomie totale, même en matière de religion.

J'ai du mal à trouver les mots tellement il me paraît improbable de ne pas les laisser exercer leur religion en paix, puisque ce qu'elles font n'implique pas de violence ou d'actes répréhensibles par la loi.

Laissons ces femmes en paix, elles ne font de mal à personne. Les caillasser et les menacer ne résoudra rien et ne fera rien avancer.

Bref, mesdames, n'oubliez pas de sortir la kippa si vous voulez vous faire un peu caillasser. Il paraît que c'est bon pour la peau.

dimanche 5 mai 2013

Le "voile" : une question qui a plus de 100 ans


Je viens de terminer la lecture d'un livre déniché au fin fond du rayon "égalité hommes-femmes" de ma bibliothèque municipale : ça s'appelle "La condition de la femme dans l'Islam", et c'est une thèse soutenue en 1913 par Mansour Fahmy, universitaire égyptien. Elle a été réédité en 2002, et c'est cette version que j'ai pu avoir entre les mains.

Toujours intéressée par les textes religieux, peu importe leur origine (hébraïques, chrétiens, musulmans, bouddhistes, animistes, etc.), j'ai apprécié cette lecture qui fait beaucoup référence au texte du Coran, et notamment à des passages parlant de la vie et du comportement du prophète Mahomet, ou Mohammed pour ceux qui préfèrent (perso, j'ai un net penchant pour la seconde version).

Outre des explications sur certaines traditions à propos desquelles je ne m'étendrai pas ici, j'ai découvert que le voile était déjà un élément central de discussion à l'époque concernant les femmes. La question est notamment ici de savoir si le Coran prévoit ou non le port du voile pour les femmes.

C'est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît, en réalité.

jeudi 2 mai 2013

Il y a des jours...

... J'ai passablement envie de hurler, frapper, secouer, déchirer, mordre. Je sais pas qui, comment, où, mais je sais très précisément pourquoi.


AAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!


Mardi, j'étais déjà en colère : le viol, la torture infligée à une jeune étudiante indienne en janvier n'a pas suffi. On remet le couvert avec une petite fille de 4 ans qui est décédée de ses blessures. Qu'est ce qu'ils ont ces gens dans la tronche quand ils abusent des femmes et même des enfants ? Comment peut-on penser que c'est normal, qu'on peut jouer avec ? Comment peut-on avoir cette si violente inconscience ? Comment ?

lundi 29 avril 2013

Un Troussage de Domestique, ou le vrai visage du sexisme et du racisme révélé par l'affaire DSK


 J'ai eu récemment l'occasion de mettre la main, dans ma bibliothèque municipale, sur l'ouvrage collectif "Un Troussage de Domestique".
Coordonné par Christine Delphy, ce livre rassemble des articles de Clémentine Autain, Jenny Brown, Mona Chollet, Sophie Courval, Christine Delphy, Rokhaya Diallo, Béatrice Gamba, Michelle Guerci, Gisèle Halimi, Christelle Hamel, Natacha Henry, Sabine Lambert, Titiou Lecoq, Claire Levenson, Mademoiselle, Marie Papin, Emmanuelle Piet, Audrey Pulvar, Joan W. Scott, Sylvie Tissot, les TumulTueuses, Najate Zouggari.
Bref, que du beau monde !

En quoi ça consiste ?


Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, il ne s'agit aucunement de prouver la culpabilité ou l'innocence de Dominique Strauss-Kahn. Non.
Il s'agit de recontextualiser cette affaire, mais surtout, les réactions qu'elle a entraînées. Car oui, ce qui a été réellement intéressant dans toute cette histoire, ce n'est ni DSK traîné chez le procureur, ni la prétendue "baisabilité" (notez la laideur du mot... c'est pourtant ce que certains hommes ont expliqué !) de Mme Diallo, mais ce que les gens ont dit de ces accusations.

Mais c'est quoi ce qu'ils racontent ces gens ?
 

jeudi 25 avril 2013

Mesdames, en 2013, pour être payées en moyenne autant qu'un homme... vous devrez travailler 81 jours supplémentaires !



Non non non !

Vous ne rêvez pas ! Le salaire des femmes est bel est bien en solde !




En moyenne, tout niveau de qualification et de contrat confondu, les femmes touchent 27% de moins que les hommes.

Si je rappelle cet élément, c'est parce qu'aujourd'hui est le jour de l'Equality Pay Day (oui pas bien ! on s'inspire de ce qu'il se passe outre Atlantique...) : c'est le jour "jusqu’auquel une femme doit travailler en moyenne pour obtenir le même salaire qu’un homme qui aurait travaillé jusqu’au 31 décembre de l’année précédente" (plus de précision sur le site d'Osez le Féminisme).


Mais comment ? Comment est ce possible qu'en moyenne les femmes touche 27% de moins que les hommes ?


Et bien c'est possible d'abord parce que 80% des emplois à temps partiels sont occupés par des femmes. Ces temps partiels sont pour la plupart "subi" (les gens prennent ce qu'on leur donne...), mais sont aussi dus à des sollicitations précises, comme la demande, majoritairement de femmes à avoir leur mercredi pour... s'occuper des enfants (mais est-ce que s'occuper des enfants est réellement un choix dans ces moments là... vaste question...).
D'autre part, de façon générale, les femmes restent moins payées que les hommes, peu importe le type de contrat... et peu importe leurs qualifications d'ailleurs. 

mardi 23 avril 2013

Mariage pour Tous : Guaino se serait trompé de bouton...


Bienvenue dans une France où le mariage et l'adoption sont possibles pour les couples de même sexe !

Après une âpre bataille, voici venu le temps de laisser tout cela derrière nous, et heureusement grâce à monsieur Guaino, on le fait dans la bonne humeur !

En effet, ce farouche opposant au mariage pour tous, qui a dénoncé tant de fois le "fascisme" ambiant répandu par le juge Gentil (qui a salit la République, rappelez vous) et par François Hollande avec son Mariage Pour Tous (oui oui, c'est du fascisme que d'autoriser deux personnes de même sexe à unifier un foyer sous le nom de "mariage") se serait trompé de bouton... et aurait voté POUR le mariage pour tous. Oui oui, vous pouvez vérifier ici.



Euh... c'est où qu'on appuie ?


lundi 22 avril 2013

L'humiliation... au féminin

On arrête pas le progrès...

La justice iranienne a condamné aujourd'hui un homme, soupçonné d'être impliqué dans une bagarre, à se promener en ville accompagné par la police... déguisé en femme.

... Oui, hein, ça laisse rêveur.

Le grand débordement est-il réellement là où l'attend ?

Ce week end, il s'est passé plein de trucs... 
C'est vrai qu'entre la découverte des potentiels terroristes de l'attentat de Boston, les nouvelles victimes du virus H7N9 (non non, la maladie ne se transmet pas à l'homme, z'inquiétez pas, dormez tranquilles braves gens...), une proposition d'un plan de relance écologique et social (qu'on va oublier aussitôt, non ?), de nouvelles études sur l'obsolescence programmée (non, on était pas déjà au courant...)... y avait sacrément de quoi faire...

Mais non, la Terre a continué de tourner et... les grands esprits épris de liberté ont battus le pavé contre le Mariage pour Tous. C'est leur droit, je leur enlève pas, personne ne leur enlèvera... Mais honnêtement... pourquoi ? Pourquoi se lever à plus de 45 000 pour dire que non, on ne veut pas que des couples homosexuels puissent s'unir sous le nom de "mariage" ? Au nom de quoi en plus ?
Ah oui, c'est vrai, excusez moi, j'avais oublié qu'on allait traumatiser les enfants si par hasard ils étaient élevé par deux personnes de même sexe... Autant vous dire que si ça, ça les traumatise, mais attendez là, il faut interdire le divorce, parce que parfois, les enfants sont élevés par un seul parent !!!! Le traumatisme que ce genre de situation doit induire doit être énorme...
Oui, je suis un peu cynique. Difficile de ne pas l'être.

La société est patriarcale : bienvenue dans le monde réel !

Bonjour à toutes et à tous, et bienvenue sur Morphea's touch ;) !
Me voilà arrivée dans le monde des blogs... influencée par des blogs féministes en plus ! Et avec une magnifique banderole confectionnée par MonKi, le Singe de l'Espace, que je remercie de tout mon coeur !

Prenez place, mettez-vous à votre aise... Le but, c'est de se sentir bien !

J'en vois déjà dans le fond qui se disent : "non mais, c'est pas possible ! Encore une ! Mais qu'elle retourne faire sa vaisselle, celle-là !"
Si les Femen pensent avoir ouvert la porte à une nouvelle ère du féminisme, il semblerait que ce soit surtout Internet qui a permis d'inaugurer une nouvelle page de cette grande histoire qui ne demande qu'à continuer... Voici venu le temps du féminisme 2.0, en quelque sorte.

Pour débuter ce blog, j'aimerai simplement dire pourquoi il est important aujourd'hui d'être féministe. C'est vrai, ça, à quoi ça sert ça, d'être féministe franchement ?

Poser cette question en suppose une autre, toute simple :

Qu'est ce que le féminisme ?